Home»publications»C’est quoi une banque durable ?

C’est quoi une banque durable ?

2
Shares
Pinterest Google+

D’entrée de jeu, le guide de l’UNEP Fi, publié en mai 2017, plante le décor. Une banque durable est :

  • D’abord, celle ou les questions les responsabilités et les actions relatives à la durabilité sont prises à tous les niveaux et dans toutes les fonctions clés des banques.
  • Celle, ensuite, qui non seulement comprend et gère les risques qui découlent des problèmes de durabilité, mais perçoit également la dimension stratégique de ces questions. Cela signifie qu’elle anticipe les implications commerciales et les opportunités qu’apportent les défis environnementaux, sociaux et de développement de plus en plus omniprésent de notre temps.
  • Celle, enfin, qui communique et s’engage (au sein de la banque, avec ses pairs et avec les parties prenantes) pour cerner quelque chose d’aussi complexe et aussi vital que les questions de durabilité.

Les mots contenus dans l’édito du guide, de Eric Usher, Président de l’UNEP FI et Christopher Bray, Président de la Commission Banque à l’Une Fi et par ailleurs patron du management du risque environnemental à la Barclays (UK) renvoient vers l’esprit de ce guide : favoriser l’action par rapport à la théorie.

Selon ses auteurs, ce Guide est un outil de sensibilisation et d’intégration des questions de durabilité au profit :

  • des cadres supérieurs et les membres du conseil d’administration qui cherchent à se former et à éduquer leurs employés en matière de services bancaires et de développement durable
  • des collaborateurs qui cherchent à comprendre la pertinence des problèmes de durabilité par rapport à leur fonctions
  • des collaborateurs qui s’engagent avec des actionnaires externes et les parties prenantes sur leurs attentes, les risques, les demandes de renseignements et d’autres questions liées au développement durable

Le guide Unep Fi dit tout haut ce que la communauté de développement durable murmure tout bas : les responsables du développement durables sont ceux qui changeront la banque de demain. En tout cas, c’est le sens que nous retenons des risques d’inaction :

  • Perte d’occasions d’affaires et d’options de financement en raison d’une incapacité à s’adapter aux réalités changeantes du marché
  • Une exposition globale au risque plus élevée en raison d’une incapacité à comprendre l’importance des risques environnementaux et sociaux
  • Pression ou désengagement potentiel des investisseurs privilégiant les choix d’investissement durables
  • Manque de préparation aux ajustements réglementaires et politiques
  • Risques pour la réputation, la crédibilité et l’image de la banque en ne répondant pas aux attentes des parties prenantes

Les opportunité pour les rédacteurs du guide sont infiniment plus grands :

  • De nouvelles opportunités d’affaires et des options de diversification des sources découlent d’une nouvelle compréhension du marché et de l’évolution du contexte mondial, ce qui permet souvent d’obtenir un avantage concurrentiel ou de se rapprocher des meilleures banques qui ont une stratégie intégrée de développement durable
  • Une banque plus forte et plus résiliente grâce à une meilleure compréhension et gestion des questions de durabilité, y compris les responsabilités environnementales et sociales
  • Une banque mieux notée et évaluée
  • Amélioration de la réputation, de la crédibilité et de la reconnaissance de la marque
  • Motivation et rétention accrues au fur et à mesure que les employés réagissent positivement à la possibilité de tisser des liens à dimension sociale dans leur travail
  • Efficiences opérationnelles et réduction des coûts grâce à la gestion interne et application de projets de développement durable

QUE PEUT FAIRE VOTRE BANQUE?

Cette section cible les dirigeants qui façonnent la stratégie de développement durable de leur banque. Les principales considérations qui sont explorées comprennent la possibilité de :

 

  • Faire preuve de vision en s’assurant que les questions de durabilité sont directement intégrées dans la vision stratégique de la banque
  • Instauration d’une gouvernance adéquate pour assurer la responsabilisation sur les questions de développement durable au plus haut niveau de la banque
  • Favoriser un nouveau type de culture d’entreprise par une communication active en prônant, en préconisant et en faisant preuve d’un « engagement au plus haut niveau », et en développant la sensibilisation et l’expertise des employés tout en restant souple pour répondre aux nouveaux développements inattendus en matière de développement durable
  • Accroître la transparence en favorisant des communications claires sur l’approche de durabilité de la banque à l’interne, ainsi qu’à l’externe pour assurer une vision harmonisée

Quelle est notre compréhension des questions de durabilité et des effets sur notre banque? Quelle vision stratégique devrions-nous avoir pour la banque?

La clé de la compréhension est de se faire une idée de la connexion entre la durabilité et les principales fonctions commerciales et les coulisses dans les bureaux. Les risques et les avantages doivent être clairement compris pour ouvrir la voie à une stratégie de développement durable intégrée qui se traduira par des rendements à long terme.

Le diagramme 1 montre comment la durabilité crée de la valeur dans les zones de la croissance des affaires, de la gestion des risques, de la réputation et des opérations – des domaines clés déjà au cœur de la mission et de la stratégie d’une banque.

Comme angle de la durabilité, le secteur de l’énergie doit être l’un des principaux contributeurs si l’on veut réussir à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les banques peuvent combiner la croissance des entreprises / l’innovation et la durabilité en répondant à l’augmentation de la demande en énergie grâce à des solutions de financement ciblées sur les technologies à faibles émissions de carbone.

Un objectif d’amélioration de la rentabilité est un autre exemple de l’interconnexion de la stratégie de la banque pour réduire les coûts. L’efficacité de l’énergie et de l’eau, les tactiques de détournement des déchets et la réduction des déplacements grâce à des réunions virtuelles ne sont que quelques-uns des programmes de durabilité qui ne nécessitent pas nécessairement un investissement substantiel.

La stratégie de durabilité peut être incorporée dans la mission, la vision et la stratégie plus large de la banque en intégrant des principes de durabilité ou en développant une stratégie de développement durable distincte et autonome.

  1. Quelles politiques et quelles structures de gouvernance devraient être mises en place pour mettre en œuvre cette vision?

En plus des politiques et des structures transversales dédiées, l’adoption d’une vision de durabilité nécessite l’intégration de la durabilité directement dans les énoncés de vision / mission existants, les visions stratégiques et plan d’action opérationnelles ainsi que les structures de gouvernance. Cela inclut l’intégration de considérations environnementales et sociales dans la stratégie commerciale globale, l’adoption de politiques autonomes (par exemple, le changement climatique, la pénurie d’eau), ainsi que l’attribution de rôles et de responsabilités spécifiques à tous les départements.

Trouver des structures de gouvernance solides et souples qui tiendront toutes les pièces ensemble est critique. De même, les questions d’égalité doivent être établies aux plus hauts niveaux

Certaines banques ont mis en place des équipes dédiées au développement durable,

tandis que d’autres ont intégré les responsabilités de durabilité directement dans les fonctions de gestion traditionnelles. L’expérience montre que chaque banque doit trouver sa configuration unique.

Les éléments clés à prendre en compte lors de la mise en place ou de l’ajustement des structures de gouvernance de la durabilité comprennent :

  • la mise en place d’une structure facile à comprendre et à utiliser pour assurer une adoption optimale de la banque,
  • l’instauration de la responsabilité à travers un comité de développement durable au sommet de la banque ou au sein du comité exécutif ou du conseil d’administration afin d’assurer l’intégration des considérations de durabilité dans l’ensemble de la banque. Cela nécessite d’intégrer les considérations de durabilité dans les équipes de financement et de refinancement , ainsi que celle de la trésorerie, avec le soutien de la haute direction de la banque
  • Intégrer transversalement les responsabilités en matière de développement durable et l’action continue dans tous les départements de la banque
  • Examiner le besoin de ressources supplémentaires, d’employés spécialisés et de formations ciblées
  • Identifier les postes clés pour la mise en œuvre et la gestion des questions de durabilité et assurer la clarté des rôles des employés dédiés au développement durable, le cas échéant. Ces équipes servent de source centralisée d’expertise au sein de la banque, délimitent la portée de la stratégie et des préoccupations en matière de développement durable et fournissent des services de recherche et de conseil
  • Créer des structures incitatives pour encourager l’inclusion des pratiques de durabilité et décourager la résistance au changement
  • Inclure les indicateurs de durabilité dans les rapports internes et externes
  1. La culture actuelle de la banque est-elle propice à l’intégration des considérations de durabilité ? Comment puis-je favoriser le bon type de culture?

Le plus souvent, les perceptions seront que les questions de durabilité et les opérations bancaires ne sont pas fondamentalement liées.

Une communication claire et continue sur la durabilité par le haut, par exemple dans les discours internes et externes et en étant visible dans les sphères publiques et les initiatives pertinentes :

  • Les efforts personnels par le haut pour faire «marcher la parole»
  • Un discours informatif et transparent sur la qualité des progrès quantitatifs et quantitatifs, avec mise en exergue des performances et défis
  • Les régimes d’incitation tels que les concours, la reconnaissance, y compris la récompense de la pensée novatrice sur la façon d’intégrer les questions de durabilité
  1. Que doit savoir nos parties prenantes externes sur notre vision et nos actes? Comment contribuer à assurer de bonnes relations avec nos parties prenantes ?

Un nombre croissant de parties prenantes (des investisseurs aux organisations de la société civile et gouvernement en passant par les régulateurs bancaires) s’intéressent au rôle des banques dans la mise en place d’une nouvelle économie plus durable.

Les attentes des parties prenantes diffèrent de celles qui ont besoin d’une assurance que leurs investissements économiques, sociaux et naturels soient protégés par des parties prenantes ayant des intérêts non économiques qui veulent savoir si la banque est responsable de ses rôles environnementaux et sociaux plus larges.

La promotion de communications claires et transparentes sur l’approche de la durabilité de votre banque, tant à l’interne à l’externe, peut assurer une vision harmonisée et informer les parties prenantes concernées sur les questions et objectifs clés.

Les communications doivent être claires et transparentes. La crédibilité est la clé d’une perception publique positive. Une reconnaissance du voyage et des développements (souvent inconnus) à venir sont aussi importants que la mise en évidence des succès déjà obtenus.

 

QUE PEUT FAIRE VOTRE BANQUE?

L’expertise en développement durable devrait influencer vos stratégies commerciales, y compris les ressources que vous utilisez, les processus que vous utilisez et les produits et services que vous offrez. Ce qui suit explore plusieurs considérations clés pour les équipes de développement durable :

 

Les équipes de développement durable ainsi que les comités de développement durable doivent être compétents pour mener à bien un large éventail de responsabilités afin de montrer que la durabilité a un côté axé sur les opportunités, assurer l’adoption et guider la compréhension de la durabilité par la banque.

  • Entreprendre et / ou promouvoir des recherches qui génèrent une compréhension et identifient de nouvelles opportunités commerciales
  • Identifier les domaines thématiques et les considérations qu’une banque peut explorer lors de l’élaboration de sa (ses) politique (s) de développement durable et de ses programmes
  • Construire le meilleur plan pour aider à renforcer la capacité de la politique et des programmes avec des techniques de communication efficaces pour que la durabilité soit représentée comme partie intégrante de la stratégie commerciale
  1. Quel est notre rôle au sein de la banque?

Des équipes et des comités dédiés au développement durable sont nécessaires parce que, bien que les questions de durabilité soient devenues une réalité incontournable du marché, la durabilité n’est pas toujours entièrement adoptée par certains acteurs du secteur financier. Les unités commerciales individuelles ne considèrent pas toujours le développement durable comme une opportunité. Cependant, grâce à l’approche des équipes de développement durable, à la présentation d’analyses de cas qui interprètent et démontrent la connectivité de la durabilité aux objectifs commerciaux et aux idées novatrices, la stratégie de durabilité peut obtenir des avantages financiers, une reconnaissance, des efficacités opérationnelles et une dynamique continue. Le diagramme 2 illustre les synergies clés et les avantages qui en résultent entre les équipes de développement durable et les autres équipes. Il est de la responsabilité des équipes de développement durable de montrer que la durabilité a un aspect axé sur les opportunités, garantit l’adoption et stimule la compréhension et la réponse de la banque aux problèmes de durabilité.

Les équipes de développement durable couvrent une grande variété de responsabilités et de fonctions. Selon la configuration organisationnelle, les activités suivantes ne sont pas nécessairement réalisées par une équipe, mais peuvent être partagées entre différents départements de la banque.

  • Conseiller

Apporter des conseils stratégiques au développement et à la gestion des impacts et de l’exposition de la banque en matière de développement durable, évaluer les tendances à long terme, recommander des stratégies d’atténuation des risques et identifier de nouvelles opportunités .

  • Faciliter

Initier, diriger et faciliter le développement d’une compréhension partagée et cohérente de ce que la durabilité signifie pour la banque, y compris par l’établissement de la stratégie, des politiques, du rendement et des engagements de la banque en matière de durabilité.

Aligner les codes, les politiques de l’entreprise, la formation et la communication afin que le sujet soit intégré, régulièrement et uniformément, à tous les documents et actions de la banque.

  • Mettre en œuvre

Équilibrer les stratégies de développement durable avec les principaux objectifs commerciaux, les économies de coûts, la génération de revenus et l’équité de la marque. Soutenir d’autres domaines dans la mise en œuvre de leurs responsabilités en matière de durabilité en fournissant une expertise spécifique en matière de durabilité.

Aider les départements opérationnels de la banque à traduire et à intégrer le concept général de risque de durabilité et de durabilité dans leurs réalités opérationnelles spécifiques afin d’intégrer efficacement la durabilité dans le tissu et la culture de la banque.

  • Moniteur

Définir des indicateurs, des cibles et des mécanismes pour surveiller et gérer la performance des stratégies et des plans d’action, rechercher une amélioration continue et rendre compte de façon transparente et périodique.

  • Promouvoir et sensibiliser

Articuler comment la durabilité se traduit à travers la banque. Promouvoir la collaboration et la synergie entre tous les services en engageant et en s’associant avec les gestionnaires et les employés pour démontrer les avantages de l’intégration de la durabilité.

Servir en tant que défenseur, promoteur, porte-parole et champion pour les sujets de durabilité, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la banque. Soutenir et développer des partenariats externes au moyen de réunions et de réseaux de l’industrie bancaire pour contribuer à se tenir au courant des meilleures pratiques en évolution et des nouveaux enjeux.

  1. Quelle est notre compréhension de l’exposition de la banque et de son impact sur les questions de développement durable?

Les banques doivent examiner le contexte macroéconomique dans lequel elles opèrent. Les considérations de durabilité sont devenues pertinentes dans les marchés complexes d’aujourd’hui qui sont façonnés à la fois par la croissance de la population et la rareté des ressources.

L’exposition de chaque banque à ces développements dépend de la composition de leur portefeuille. Les facteurs cruciaux sont le niveau de dépendance des ressources, la sensibilité aux nouvelles politiques et réglementations, ainsi que les actifs potentiellement bloqués. D’autre part, la résilience des portefeuilles est directement liée à la réponse aux besoins de développement durable d’une population mondiale croissante et donc aux impacts positifs des projets financés. Identifier les opportunités pour les produits et services financiers avec des avantages environnementaux et sociaux déplace l’aiguille sur la vision de la durabilité simplement comme un facteur atténuant le risque de considérer la durabilité comme une opportunité commerciale.

Entreprendre et/ou promouvoir la recherche qui génère cette compréhension et identifie de nouvelles opportunités commerciales est au cœur des responsabilités des équipes dédiées, tout comme la traduction de cette compréhension à divers publics de la banque, du conseil d’administration à la direction générale.

  1. Comment les problèmes de durabilité pourraient-ils être mieux traités dans nos politiques bancaires?

Des études, telles que The Innovation Bottom de MIT Sloan Management Review et Boston Consulting Group, montrent que les entreprises qui ont intégré le développement durable dans leur programme de gestion ont ajouté des bénéfices et d’autres gains de durabilité. Les politiques de développement durable permettent à chaque banque de fournir son propre compte rendu distinct de la manière dont elle est liée aux questions de durabilité et aux mesures appropriées à prendre. Les politiques varient en profondeur et se concentrent sur les risques environnementaux et sociaux dans les prêts à l’achat de biens durables avec de nombreuses nuances et combinaisons entre les deux. Il peut s’agir de polices autonomes ou parsemées de politiques bancaires plus larges. Bien que chaque compte soit différent, les domaines thématiques clés qu’une politique de développement durable typique contient sont les suivants.

  • Champ d’application

Quelle proportion des opérations de la banque couvrira-t-elle? Traitera-t-elle la performance environnementale et sociale financière ou non-financière – ou les deux? Qu’en est-il des filiales, succursales ou participations ou des intermédiaires financiers dans le cas des banques de second rang?

  • Engagements

À quoi la banque s’engagera-t-elle? Va-t-il s’engager à réduire les émissions de gaz à effet de serre de X%? Ou s’engagera-t-il à financer x milliards de (dirhams) dans des projets durables? Les concepteurs de politiques doivent réfléchir à des objectifs et à des cibles spécifiques, aux moyens de les atteindre et à une série d’indicateurs pour suivre et rendre compte des progrès

  • Renforcement des capacités

Les concepteurs de politiques doivent s’assurer que le texte épouse véritablement la vision et les aspirations de la haute direction tout en cherchant une formulation avec laquelle la banque dans son ensemble sera en mesure de s’identifier ; il est important de mobiliser les employés clés et la base globale des employés. Ils devront démontrer que la politique est applicable, qu’elle n’est pas considérée comme une menace, qu’elle n’exclut pas les anciennes activités tout en offrant des opportunités pour de nouvelles activités et qu’elle soutient des politiques bancaires globales plus larges.

Téléchargez l’Etude de l’Unep-Fi

Previous post

Rétrospective 2017 du Reporting Extra-Financier au Maroc

Next post

Lydec obtient la certification NM ISO 14001 v2015 pour le poste source de Dar Bouazza 

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *