Home»buzz de la rse»La seconde édition des rencontres Responsabilité et Performance sera africaine  

La seconde édition des rencontres Responsabilité et Performance sera africaine  

0
Shares
Pinterest Google+

Radia Cheikh Lahlou, directrice générale de l’agence Déclic et organisatrice des rencontres Responsabilité et Performance revient dans cet entretien sur le bilan de cette première édition. Cet événement sera consolidé, lors de la prochaine édition, puisqu’il compte s’internationaliser en intégrant une dimension africaine. Dans la foulée, les PME seront également conviées. Interview exclusive.

Responsabilité et Performance. D’entrée, le nom de votre rencontre donne le ton de votre ambition. Pourriez-vous circonscrire la portée de cette ambition, justement?

Considérer les enjeux du développement durable devient pour bon nombre d’entreprises un préalable important. A mesure que cette prise de conscience s’opère, les entreprises se voient confrontées à des paradigmes nouveaux dont l’opérationnalisation est sinon complexe du moins nouvelle.

A la genèse du projet des Rencontres, il y a eu une volonté de notre part d’accompagner ce changement en proposant aux entreprises une boite à outils RSE pour mieux aborder ces questions et leur traduction dans le management.

A travers la tenue des Rencontres, nous avons voulu corriger l’idée (faussement colportée) que la RSE serait une contrainte alors qu’elle constitue un vivier d’opportunités pour l’entreprise et ses parties prenantes. La performance qu’elle soit économique, sociale ou environnementale est toujours au rendez vous lors d’une démarche RSE bien structurée. C’est le message principal de cette première édition.

Ce message nous avons voulu le transmettre par le partage de bonnes pratiques d’entreprises qui se distinguent par leur engagement: la 1ère édition des Rencontres a réuni plus de 20 entreprises témoins qui ont accepté de raconter leurs expériences.

En plus de proposer des outils, nous avons voulu instaurer un lieu d’échange et de débats, autour de pratiques nouvelles et de visions durables.

Enfin, nous avons l’intime conviction que les solutions aux enjeux de demain se pensent aujourd’hui. Les Rencontres Responsabilité et Performance ont pour ambition de devenir un laboratoire de réflexion vers des pratiques innovantes et pérennes.

Quel bilan dressez-vous de cette première édition? Et quid des prochaines éditions ?

Cette première édition a dépassé toutes nos attentes. Nous avons reçu tout au long de la journée d’ateliers plus de 450 personnes.

Premier constat important: plusieurs départements d’une même entreprise étaient présents et c’est pour nous un point fort car la RSE est une démarche transverse qui concerne l’ensemble du management et qui doit, justement, traverser l’ensemble de l’organisation.

Les entreprises marocaines ont répondu présentes aux Rencontres mais également la société civile, les associations, les ONG, les pouvoirs publics, sans qui le débat serait impossible.

L’intérêt suscité par l’ensemble des ateliers tels que « le changement vers le développement durable » (entreprises témoins OCP et Stroc Industrie) ou « le dialogue avec les parties prenantes » (Lafarge et Cosumar) montrent que les entreprises marocaines sont engagées dans cette dynamique responsable et cherchent à débattre autour de ces questions. Cette première édition est pour nous, organisateurs, très encourageante pour l’avenir car elle pose les bases d’un débat important, celui de la croissance durable.

L’année prochaine présage une édition encore plus riche. Sans vouloir divulguer d’informations confidentielles, je peux déjà vous dire que l’édition 2015 des Rencontres abordera des thématiques essentielles: l’événement va s’internationaliser pour intégrer le reste du continent au débat.

Nous avons également à coeur de nous pencher sur la chaine de valeurs des entreprises, d’entrainer les PME marocaines dans cette dynamique et les accompagner vers l’intégration des questions sociales et environnementales.

La 2ème édition des Rencontres fera également la part belle aux ONG et aux associations qui portent les démarches RSE sur le terrain.

Quelle évaluation font les entreprises participantes à ce débat de ce couple Responsabilité/Performance et quelles recettes retenez-vous justement pour diffuser cet enseignement? 

Le lien Responsabilité – Performance était induit dans tous les débats menés lors des Rencontres. Je parlais plus tôt du vivier d’opportunités que présentent ces démarches: toutes les pratiques mises en avant ont montré comment la RSE servait la performance globale.

A titre d’exemple, la performance sociale a été mise en avant par M. Ponty (DG de Danone) mais aussi lors des discussions avec le conseil national des droits de l’Homme.

L’atelier sur le pilotage et l’importance de l’évaluation des démarches est revenu sur la performance économique au même titre que la finance responsable ou que les politiques d’achats responsables.

L’idée de mener des débats à travers des partages d’expériences entrepreneuriales est, à notre sens, un excellent outil pédagogique pour démontrer la performance des firmes ayant adopté ce modèle de développement. La prochaine édition ne dérogera pas à cette règle.

Previous post

RSE en ftour débat : la triangulation valeurs, normes et pratiques en question

Next post

L’acceptabilité sociale : une voie en gestation

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *