Home»Sur le vif»L’Arabie Souadite exige une acceptation écrite du salarié dans la rupture d’un CDI

L’Arabie Souadite exige une acceptation écrite du salarié dans la rupture d’un CDI

0
Shares
Pinterest Google+

Le ministère du travail saoudien vient d’annoncer que la rupture du contrat de travail devra désormais contenir une acceptation écrite de la part du salarié vis à vis de son employeur.

La rupture des contrats CDI devra par ailleurs être motivée par une raison «valable» qu’il faut nommément citer dans le cadre d’un préavis qu’il faut adresser par écrit avant la date de fin du contrat d’au moins 30 jours, si la rétribution du salarié est mensuelle et d’au moins 15 jours pour les «autres forme de salariat».

Selon le journal Okad, le ministère du travail a également permis au salarié de quitter son travail sans préavis avec la possibilité qu’il recouvre tous ses droits dans sept cas bien définis, dont la plus importante est celle du non respect par l’employeur des clauses du contrat ou la vérification avérée que celui-ci aurait triché a propos des conditions du travail.

L’exposition à toute forme de violence du salarié ou sa famille ou tout comportement « impudique » ou d’atteinte à sa dignité de la part des représentants de l’entreprise figure également parmi les motifs de départ sans préavis du salarié.

Ces mesures, précise le ministère du travail, sont appliquées à tous les salariés du secteur privé, aussi bien pour les locaux que pour les résidents étrangers en Arabie Saoudite.

Source: http://www.cnbcarabia.com/?p=190927

Previous post

Reporting extra-financier : La directive européenne publiée au journal officiel

Next post

Les 7 «C» du développement durable en Afrique selon Hamid Bouchikhi

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *