Home»durabilite»Les défis de durabilité des industriels de vêtement et de textile

Les défis de durabilité des industriels de vêtement et de textile

0
Shares
Pinterest Google+

Comment les marques de mode vont-elles satisfaire les rêves des clients tout en contribuant au bien-être de la société et de l’environnement en général ? C’est la question que le dernier rapport de WWF (Fonds mondial pour la nature) adresse aux industriels du vêtement et du textile.

«Business as usual» n’est une option, ni pour l’industrie, ni pour la planète à long terme. Le rapport de WWF montre que des industriels améliorent la performance environnementale de leur chaîne de valeur et adoptent des modèles économiques innovants susceptibles de réduire drastiquement l’impact du secteur sur l’environnement.

Ces innovations, conjuguées à des méga-tendances globales telles que la digitalisation, indiquent que l’industrie du vêtement et du textile est au bord de la transformation radicale.

« Il est temps d’utiliser ces dynamiques de transformation pour créer une industrie du vêtement et du textile radicalement différente et plus durable », soutiennent les auteurs du rapport.

Le rapport présente une note de 12 grandes marques, basée sur des données fournies par oekom research AG. Les résultats montrent qu’aucune des entreprises interrogées n’a été classée dans la plus haute classification de «visionnaire».

  • H & M a été classé comme «ambitieux»;
  • Nike, adidas et Mammut ont été classés dans la «tranche du milieu»;
  • VF Corporation (par exemple The North Face, Timberland), Hugo Boss, Odlo et Calida ont fini dans la «tranche de milieu inférieure»;
  • Triumph, Chicorée, PKZ et Tally Weijl ont été classés dans le groupe «retardataires / non transparents», ce qui signifie qu’ils prennent des mesures très limitées en matière d’environnement ou ne divulguent aucune information.

En prenant appui sur les notations d’oekom research AG, le WWF a retenu des critères qu’il considère comme pertinents. Ces critères touchent 11 thèmes (changement climatique, utilisation de l’eau et pollution, les matières premières et l’engagement des parties prenantes…).

Le rapport de WWF présente des exemples sur la façon dont des leaders de l’industrie investissent dans les innovations en matière de process, de produits et de technologie.

Quelques marques et start-ups aspirent à inventer de nouveaux modèles économiques qui ont le potentiel de transformer radicalement l’industrie. Ces leaders arrachent l’industrie à son approche linéaire du «fabriquer-vendre-mettre à disposition» vers des modèles commerciaux plus circulaires.

WWF met le point, également, sur les innovations du modèle d’entreprise  dans les domaines de la réduction, de réparation, de réutilisation, de partage et de recyclage, mais aussi des innovations portant sur le produit (par exemple des fibres plus durables) et des procédés innovants.

Télécharger le rapport

 

 

Previous post

Les Objectifs de développement durable (ODD) et GRI : quelle synergie ?

Next post

Lancement de la 7ème édition de l’opération« BAHRI DIMA CLEAN »

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *